Béni-le-Rouge

Béni-le-Rouge

Carnet GPS d’un petit vélo pliant au pays du Soleil Levant

31 Dec 2022

Dernières balades de 2022

28 décembre

Béni-le-Rouge sur le bord du lac Kasumigaura, face au mont Tsukuba


Le 28 décembre, nous sommes partis vers 9 h 00 du matin en direction du Kasumigaura (霞ヶ浦), ce grand lac de la préfecture d’Ibaraki entouré d’une longue piste cyclable dont le parcours s’étend sur quelque 130 km, mais qu’il est possible de raccourcir à 90 km en empruntant un pont (au point A sur la carte). 90 km en vélo pliant, c’est possible, d’autant plus que le paysage y est plat. Ceux qui roulent en vélo de route peuvent ajouter une quarantaine de kilomètres à ce tour du lac en poursuivant vers le (ou en venant du) mont Tsukuba, sur la piste cyclable de l’ancienne voie ferrée.

De notre côté, nous avons choisi de partir plutôt de la maison, dans la préfecture de Chiba, et de rouler vers l’est jusqu’au lac, sur des routes secondaires, puis, une fois au lac, de poursuivre sur la piste cyclable jusqu’à la gare de Tsuchiura. Ça nous faisait un parcours d’environ 87 km, sous un ciel bleu et des vents très peu agressifs, presque caressants.

Notre parcours sur l’application スーパー地形 (Supā Chikei ou, en français, Super Topo[graphie]).

La préparation de l’itinéraire, nous l’avons confiée ce jour-là au site gpx.studio, en sélectionnant le point de départ, le point d’arrivée et l’option « Bike », puis en cochant « Routing (follow roads) ». Ça nous a fait passer par des routes secondaires, avec deux conséquences : primo, nous n’avons croisé que très peu de voitures, ce qui était très apprécié ; secundo, nous n’avons rencontré que très peu de machines distributrices à boissons, ce qui a laissé Cyclo-Sapiens sur sa soif pendant les deux premières heures du trajet, parce qu’il avait eu la géniale idée de partir avec une gourde vide.

Sapiens prend moins de photos ces temps-ci, parce qu’il fait un peu trop froid pour rouler mains nues, surtout le matin, donc ça le force à enlever ses gants chaque fois…

Pour la pause du midi, il avait d’abord consulté Super Topo pour aller casser la croûte dans un parc. Le hic, c’est qu’il y a peu de parcs aménagés dans la campagne. En revanche, on y croise un peu partout des sanctuaires (→ shintoïsme) et des temples (→ bouddhisme), qui s’affichent respectivement sur la carte avec les symboles du torii (⛩) et du svastika lévogyre (façon comme une autre de se faire des nœuds dans la langue au lieu de dire simplement « croix gammée » 卍).

Sanctuaires et temples, encerclés ici en bleu pour l’exemple

Dans ces cas-là, nous arrêtons souvent sur le pont isolé d’un chemin peu fréquenté par les véhicules, dans les rizières. Au menu ce jour-là : trois inarizushi et un onigiri.

Sur mon guidon, un étui attaché à la petite barre d’extension contient une batterie qui alimente le téléphone en permanence par le biais d’un petit câble USB. Le même étui contient aussi l’appareil photo compact Sony Cyber-Shot pour les prises de vues qui exigent un bon zoom optique.

Parmi les autres symboles de la carte qui peuvent être utiles pour le cycliste en balade dans la campagne japonaise, il y a celui des rizières irriguées, composé de deux traits verticaux (||). Mais aussi les suivants :

Un « v » très écarté représente un champ cultivé (pour les fruits et légumes, les pâturages, mais aussi pour le riz pluvial (陸稲), donc non irrigué. Sur la carte présentée ci-dessus, on en voit quelques-uns du côté droit du trajet, entre les bâtiments (couleur orange).

Trois traits verticaux représentent une terre non cultivée, trois points en forme de triangle indiquent un champ de thé, etc.

Pour une liste complète en japonais, c’est ici.

En bordure du lac Kasumigaura, un petit torii avec le mont Tsukuba en toile de fond

Dans le creux d’un petit canal que longe la piste cyclable, un アオサギ (héron cendré) prend la fuite en nous voyant approcher.

La piste cyclable, à la fin du lac, se poursuit jusqu’au mont Tsukuba et au-delà sur le tracé d’une ancienne voie ferrée

À quelques kilomètres de la gare, une affiche de recrutement des forces d’autodéfense japonaises (自衛隊募集), dans un style adapté aux jeunes d’aujourd’hui

Après avoir roulé ces 87 km jusqu’à la gare de Tsuchiura (土浦駅), nous avons pris le train jusqu’à celle de Toride (取手駅) plutôt que de nous rendre directement à celle de notre quartier, histoire de profiter encore un peu du beau temps et des coloris du ciel pendant 17 km supplémentaires.

31 décembre

Le 31 décembre, nous sommes allés nous dégourdir roues et jambes le long du fleuve Edo, en nous en éloignant temporairement, à mi-chemin, pour aller jeter un coup d’œil dans la campagne environnante. Une petite balade de 59 km pour clore cette année 2022.

À partir du lendemain, ce sera le hatsumōde (初詣) dans les temples et sanctuaires.


Voilà, c’est sur cette note que se terminent nos balades cette année.

À bientôt, sur les sentiers de 2023 !


Vous pouvez laisser un commentaire anonyme (ou pas) en cliquant sur « Post » (pas besoin de se connecter avec « Log in »).