Béni-le-Rouge

Béni-le-Rouge

Carnet GPS d’un petit vélo pliant au pays du Soleil Levant

14 Jan 2023

Sur les traces de Geo Pottering ­(6)

Les Cent vues d’Edo de Hiroshige à vélo : estampe 3

(Balade du 26 décembre 2019)

Dans ce troisième tronçon du Tour de l’arrondissement de Kita, nous reprenons la route avec les cyclistes de Geo Pottering pour nous rendre sur les lieux d’une troisième estampe des Cent vues d’Edo du peintre Hiroshige, puis nous allons au sanctuaire Ōji.


Liens : Compte rendu en japonais / Fichier gpx en français / Google Map / Garmin Connect / Ride With GPS / Vidéo


Longueur du parcours : 38 km

Niveau de difficulté : Facile (terrain plat)

■ Gare Tabata, sortie sud

(… billet précédent : 10 km)

▸ Parc Asukayama : 11 km

▸ Sanctuaire Ōji : 12 km

▸ (… billet suivant)

■ Gare Tabata, sortie nord


🚴Nous quittons donc d’abord le bâtiment en briques rouges de l’ancienne fabrique d’alcool (à jeun de préférence), et roulons en louvoyant vers l’est.

🚴 Nous entrons ensuite dans le parc Asukayama (飛鳥山公園), devant lequel passe le tramway de la ligne Toden Arakawa. Il fait partie, depuis 1873, des tout premiers espaces désignés officiellement « parcs publics » au Japon, parmi lesquels figure aussi le très connu parc Ueno (上野公園).

Le tramway de la ligne Toden Arakawa

Le parc Asukayama

C’est dans la section sud-est du parc Asukayama, en appréciant le paysage, que nous pénétrons sur les lieux de notre troisième estampe…


Troisième estampe des cent vues : « Vue vers le nord à partir du mont Asuka » (mai 1856, Printemps, planche 17 sur Wikipédia)

Vue vers le nord à partir du mont Asuka, mai 1856

Troisième estampe… version cycliste 2019

Sur la version originale de 1856, derrière les gens venus contempler les cerisiers, on aperçoit des pins, une étendue de rizières dans la vaste plaine du Kantō et, tout au loin, le mont Tsukuba. Au pied du mont, à la lisière des arbres, une fine ligne bleue représente le cours du fleuve Tonegawa.

Les femmes protègent la blancheur de leur peau à l’aide d’ombrelles, des hommes dansent en agitant leurs éventails, et, aux abords de l’étendue de rizières, un couple et un enfant semblent jouer à atteindre une cible en lançant des soucoupes à saké, divertissement en vogue à l’époque Edo (c’est le kawarakenage かわらけ投げ), un des lointains ancêtres du frisbee, en poterie… ^_^

Utagawa Kunisada (Hiroshige II), domaine public, via Wikimedia Commons

Du parc Asukayama, la balade se poursuit vers le sanctuaire Ōji (王子神社, 1322), avec son gros arbre Ginkgo biloba (銀杏) que l’on dit âgé de 600 ans, et, tout près, vers le sanctuaire Seki (関神社) dédié à la divinité ancestrale… des cheveux. Il s’agit de Semimaru, qui aurait inventé, à l’époque Heian (794-1185), une perruque appelée « kamoji » (髢) pour sa sœur aux prises avec un problème de mèches rebelles. Ce lieu de culte est donc, dit-on, beaucoup fréquenté par les personnes qui souffrent de problèmes capillaires… et par ceux qui en vivent (coiffeurs et autres).

Le sanctuaire Ōji

Un vieux de la vieille

Le sanctuaire Seki dédié à la divinité ancestrale capillaire, Semimaru


*コテッチャンは『髢』ではなく、ただのハゲ隠し!(100円)^_^



Vous pouvez laisser un commentaire anonyme (ou pas) en cliquant sur « Post » (pas besoin de se connecter avec « Log in »).