Béni-le-Rouge

Béni-le-Rouge

Carnet GPS d’un petit vélo pliant au pays du Soleil Levant

08 Jan 2023

Sur les traces de Geo Pottering ­(2)

Tokyo : Les feuillages automnaux et les oiseaux sauvages des parcs Mizumoto et Toneri

(Balade du 3 décembre 2022)

Ce trajet de Geo Pottering passe par deux grands parcs de Tokyo : le parc Mizumoto (水元公園) et le parc Toneri (舎人公園). Le club de cyclistes sur vélos pliants Geo Pottering l’a parcouru le 3 décembre 2022. Voici un résumé de cette balade, pour aller observer les oiseaux sauvages et contempler les feuillages d’automne des sapins d’eau (メタセコイア) à Tokyo.

Résumé : Départ de la gare de Kitasenju, balade le long du fleuve Arakawa et de la rivière Furusumidagawa, sur l’ancienne route Mito Kaidō, le long de la rivière Nakagawa, dans le parc Mizumoto, le long des rivières Ōbagawa, Gakegawa, Ayasegawa et Kenagakawa, dans le parc Toneri, puis retour à la gare de Kitasenju par la piste cyclable du fleuve Arakawa.


Tokyo : Boucle de la gare Kitasenju

Liens : Compte rendu en japonais / Fichier gpx en français / Google Map / Garmin Connect / Ride With GPS / Vidéo

Longueur du parcours : 49 km

Niveau de difficulté : Facile, terrain plat

■ Gare Kitasenju, sortie ouest (北千住西口)

▸ Kadoya (marchand de dango) : 0,6 km

▸ Jonction des anciennes routes de Nikkō et Mito-Sakura : 0,9 km

▸ Temple Seiryō (1619) : 1,4 km

▸ Place Niji (Place de l’arc-en-ciel) : 2,5 km

▸ Centre de détention de Tokyo : 5 km

▸ Pont Mito : 6 km

▸ Pont Nakagawa : 11 km

▸ Parc Mizumoto : 15 km → 19 km

▸ Promenade Shinmeimutsugi : 23 km

▸ Pont Uchitakumi : 25 km

▸ Pont Washimiya : 28 km

▸ Temple Yakushi : 33 km

▸ Parc Toneri : 34 km → 36 km

▸ Parc agricole : 40 km

■ Gare Kitasenju : 49 km


Cette balade commence devant le petit poste de police, sortie ouest de la gare Kitasenju à Tokyo.

De gauche à droite : Kukkī, Salīna, Petatchi, Komuran, Konta et Yukkī

La balade passe d’abord par le Grand pont Senju (千住大橋), construit en 1594. Il se trouve tout près du point de départ du voyage dans l’Étroit sentier du nord (奥の細道) réalisé autrefois par le célèbre poète Matsuo Bashō (1644-1694).

Elle continue sur la rue Shukubamachi (宿場町通り), où se trouve un petit vestige de l’auberge du relais de Senju. Shukuba désignait autrefois les stations d’hébergement des voyageurs sur les routes du Japon de l’époque Edo. Le relais de Senju était le premier sur la route de Nikkō (日光街道).

Notre itinéraire passe ensuite par le parc Senju Honchō (千住ほんちょう公園). À l’époque Edo, le panneau que l’on aperçoit sur la photo servait à afficher des avis publics (de réglementation).

La balade ne fait que commencer, mais les cyclistes en profitent pour acheter quelques dango chez ce marchand spécialisé, qui les vend généreusement au prix très abordable de 100 yens. À consommer plus loin sur le trajet, quand les estomacs se mettront à faire de petits sons bizarres…

Tout de suite après ce marchand, le trajet passe à côté d’une pierre de signalisation qui indique la direction des anciennes routes : Vers le nord pour l’ancienne route de Nikkō, et vers l’est pour l’ancienne route de Mito-Sakura. Il s’agit d’une nouvelle pierre, l’ancienne (celle de l’époque Edo) se trouvant exposée dans le jardin du musée Kyōdo du quartier Adachi (足立区郷土博物館).

Kukkī, Mājiko et Komuran se disent étonnés de l’étroitesse de l’ancienne route de Mito, qu’on aperçoit juste derrière eux…

À une intersection, avant d’arriver au temple Seiryō, se trouve une vieille maison traditionnelle qui vaut la peine d’être contemplée un instant…

… avant de pénétrer dans l’enceinte du temple.

Le temple Seiryō (清亮寺)

C’est dans l’enceinte de ce temple que l’on découvre l’origine du nom des dango que Sider vient tout juste d’acheter. La photo incrustée dans ce monument y explique que le célèbre Mito Kōmon aurait posé sa lance contre un pin pour faire une pause à cet endroit. Les yarikake dango de Sider sont donc des « dango de la lance appuyée contre le pin ».

Le parcours de la balade emprunte ensuite la piste cyclable du fleuve Arakawa, où il passe devant le Centre de détention de Tokyo (東京拘置所), sur l’autre rive.

C’est sur la place de l’arc-en-ciel (虹の広場) que le groupe s’est arrêté pour déguster les dango.

Salīna saute de joie quand elle apprend que c’est l’heure de casser la croûte !

Kukkī déguste avec le sourire ses « dango de la lance appuyée contre le pin » !!!

*Illustration tirée de [狂歌四季人物] (https://www.hiroshige.org.uk/Illustrated_Books/Slideshows/KyokaShikiJinbutsu_Slideshow.htm). Littéralement, « Poésies parodiques sur les gens en toutes saisons » (ma traduction… on en trouve d’autres sur le Net).

L’itinéraire se poursuit en direction de la rivière Furusumidagawa (古隅田川), mais avant d’y arriver le groupe croise Kotetchan, en train de recharger la batterie de son téléphone sur le pont Mito (水戸橋), qui surplombe la rivière Ayase (綾瀬川). Privé du GPS de son téléphone, le petit Québécois perdu dans Tokyo attendait le groupe sur son trajet. Bref, il avait la trouille et n’osait plus bouger pour aller à sa rencontre sans GPS… ^_^

Le groupe traverse donc le pont, puis il longe la rivière Furusumidagawa, dont le lit devient de plus en plus étroit à mesure que l’on avance.

En quittant la rivière Furusumidagawa, les cyclistes empruntent l’ancienne route de Mito jusqu’au pont Nakagawa (中川橋), qui traverse la rivière du même nom à l’endroit même où il le faisait autrefois, à l’époque Edo. De là, le trajet emprunte le tracé de la rivière et la longe jusqu’au Grand pont Mizumoto (水元大橋).

Au parc Mizumoto, nous entrons dans le royaume des sapins d’eau et des oiseaux sauvages.

Dans ce parc, on peut casser la croûte au resto de nouilles de sarrasin, ou aller tout de suite observer les canards et autres oiseaux sur l’étang, tout juste devant le resto.

Après l’étang, c’est au tour des sapins d’eau de nous en mettre plein les yeux dans ce vaste parc.

Des points d’observation des oiseaux sont également aménagés ici et là dans le parc. Idéalement, pensez à apporter des jumelles pour mieux en profiter !

Grands cormorans (カワウ)

À la sortie ouest du parc, le trajet longe la rivière Ōbagawa (大場川).

Nous entrons ensuite dans l’étroite promenade Shinmeimutsuki (神明六木遊歩道), le long de la rivière Gakegawa (垳川). Éventuellement il faudra descendre de vélo et marcher un peu pour respecter le règlement.

Canards siffleurs (ヒドリガモ) sur la rivière Gakegawa, qui, sur une distance de 2,1 kilomètres, relie la rivière Nakagawa à la rivière Ayase

La prochaine étape est celle du temple Yakushi (薬師寺).

Komuran, qui connaît bien le coin, nous fait découvrir ce petit temple sous ses couleurs automnales.

Les yeux encore tout pleins de feuilles rouges, nous poursuivons vers le parc Toneri (舎人公園).

C’est le moment du saut synchronisé de Geo Pottering… enfin, pour ceux qui n’ont pas trop mal aux genoux ce jour-là.

L’itinéraire de la journée passe ensuite devant la gare du parc Toneri (舎人公園駅) et par la section ouest du parc et ses selkova du Japon (ケヤキ) aux branches qui achèvent de se dénuder en cette fin de saison, puis nous prenons la direction de la piste cyclable du fleuve Arakawa.

Nous faisons une pause à la Kitchen Toretate (キッチン とれたて), très populaire auprès des cyclistes.

Revigoré, le groupe termine la boucle le long du fleuve Arakawa. Avec un peu de chance, vous pourrez vous aussi contempler le coucher du soleil derrière le mont Fuji pour bien terminer cette balade.



Vous pouvez laisser un commentaire anonyme (ou pas) en cliquant sur « Post » (pas besoin de se connecter avec « Log in »).