Béni-le-Rouge

Béni-le-Rouge

Carnet GPS d’un petit vélo pliant au pays du Soleil Levant

02 Jan 2023

Première balade de 2023

Pour cette première balade de l’année, nous sommes partis à 9 h 00 et sommes revenus à 14 h 40, au terme d’un parcours de 65 km. Comme le montre le graphique (distance/vitesse), nous avons roulé contre un léger vent contraire pendant la matinée, puis avec un puissant vent favorable pendant une bonne partie du trajet du retour. Nous sommes partis sans préparer d’itinéraire, en espérant que l’inspiration du moment nous ferait faire des rencontres intéressantes.

Nous avons emprunté la piste cyclable pour les 20 premiers kilomètres, puis avons coupé à travers les routes rurales de Bandō (坂東市), préfecture d’Ibaraki (茨城県).

Béni-le-Rouge pour vous servir, avec à ma gauche l’ombre de Cyclo-Sapiens (le bipède qui me fait avancer), des herbes jaunes typiques de la saison le long de la piste, et le fleuve Tone ; droit devant, le point où nous avons quitté la piste pour aller explorer les méandres de l’inattendu.

En janvier, les paysages sont un peu moches, mais ça ne nous empêche pas d’y rouler, toutes surfaces confondues.

Les vieux bâtiments aux murs de bois brun attirent chaque fois notre attention, surtout quand ils n’ont pas l’air encore tout à fait abandonnés.

Nous tombons parfois sur de petits boisés très agréables à traverser, pas seulement sous l’aspect visuel, mais aussi pour la sonorité, car les bambous, sous la caresse du vent, semblent littéralement craquer pour moi quand nous passons devant (ils doivent avoir un faible pour les petits vélos).

Rares sont les sorties non agrémentées d’une rencontre fortuite avec un petit félin routard. Celui-ci a eu le temps de s’éloigner lentement avant que Sapiens n’arrive à sortir l’appareil photo de son étui.

Parfois, nous n’avons pas le choix… il nous faut couper à travers des fragments d’urbanité. Ici, nous sommes passés devant un resto de cuisine coréenne « kalbi » ou « galbi » ( カルビ屋), avec des kadomatsu (門松) du Nouvel An déposés devant l’entrée.

カルビ屋 旨いカルビ 常陸の国

L’affiche, en plus de dire qu’on y sert du délicieux kalbi (旨いカルビ), indique le nom de l’ancienne province de Hitachi (常陸国 Hitachi (no) kuni), qui remonte au VIIe siècle et correspondait alors, en gros, à l’actuelle préfecture d’Ibaraki.

Estampe d’Utagawa Hiroshige (1797-1858) :  常陸 鹿島太神宮 (Hitachi — Kashima Daijingū), de la série intitulée  « Vues des sites célèbres des soixante et quelques provinces du Japon » (六十余州名所図会)

Un peu plus loin, de gros ballons flottaient dans un ciel sans nuages, le premier pour souhaiter la bonne année, l’autre pour faire la publicité de ce pachinko.

謹賀新年 Kinga shinnen : Meilleurs vœux pour la nouvelle année

Quand nous sommes chanceux, la balade nous réserve une petite surprise architecturale. Cette fois-ci, elle a pris la forme d’une drôle de bâtisse recouverte de vieilles tôles et de plaques métalliques neuves derrière son petit portail au toit orange et argent, tout aussi étincelant et entouré d’une dense végétation. Un lampadaire coloré ajoutait une petite touche surréaliste à l’ensemble.

Nous nous sommes ensuite arrêtés dans un petit sanctuaire décoré pour le Nouvel An.

ありがとう 昔も 今も これからも dit la banderole. (Littéralement : Merci pour autrefois, pour maintenant et pour l’avenir).

Puis nous avons fait la pause du midi sur un petit pont.

C’est à ce moment que le vent s’est, comme qui dirait, réveillé. Un vent du nord, qui nous forçait à avancer sur la plus petite de mes trois vitesses, comme si nous montions une pente abrupte.

Quelques choux non récoltés dans un champ. Reviendra-t-on terminer le travail après la période de réjouissances du Nouvel An ?

Le vent soufflant trop fort, il fallait parfois s’arrêter pour laisser Sapiens souffler un peu lui aussi.

Nous avons finalement atteint le pont du fleuve Tone, d’où nous pouvions traverser et repartir plein sud vers la maison, vent dans le dos.


À quelques kilomètres de la maison, des espèces de Barbapapa nous ont regardé passer, avec des bouchons de bouteille en guise d’yeux. C’était la deuxième fois que nous passions devant eux. La première remontait au mois de juillet.


Vous pouvez laisser un commentaire anonyme (ou pas) en cliquant sur « Post » (pas besoin de se connecter avec « Log in »).